Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Alliance des Afro-Caraïbéens (AAC)

AAC défend la cause de la diversité ou communauté des Afro-Caraïbéens de France car elle est très absente de toute sphère politique, économique et administrative, et pourtant elle contribue au développement économique de leur pays la France. AAC intervient dans la prévention sanitaire sur les Nuisances ou pollutions sonores dans la société. Elle apporte donc son expertise sur les risques encourus à l'exposition au bruit du citoyen, fléau du monde moderne surtout dans les villes.

Les remerciements de AAC lors du festival de la diversité

Publié le 21 Octobre 2012 par AAC in Diversité

2012-10-20-a-12-11-51.jpg

Comme prévu, AAC a pris part ce samedi 20 octobre 2012 au festival de la diversité de la mairie du 19ème arrondissement de Paris. L'association a projeté dans la salle du conseil municipal le film documentaire sur les "Noirs de France" de Pascal Blanchard et Juan Gélas réalisé par Juan Gélas.

Plusieurs personnes ont assisté à cette projection, un débat avec le public. Il y a eu aussi des témoignages. 

Entre 12h30 et 13h30, il y a un buffet bien garni offert par la mairie.  Cette photographie (Luc, EFL, Maguy, Adama Daouda-Kouadio, conseiller délégué chargé de la diversité, et Christian) a été prise pendant le buffet.

Nous avons poursuivi notre journée à la salle des fêtes où AAC a présenté sur la table qui nous a été réservée : le film documentaire au public pour un éventuel achat ou des questions à poser, et des affiches d'information sur notre association.

Nous avons assisté à plusieurs représentations artistiques et musicales.  

Nous remercions la mairie du 19ème, Mme Normand, M. Douada-Kouadio le conseiller délégué de la diversité qui a été omniprésent, et le public venu nombreux en bravant le temps assez pluvieux.

Au nom de AAC, je remercie ses membres qui se sont mobilisés pour y être présents. De même pour ceux qui se sont excusés pour des raisons professionnelles. 

Le président de AAC

M. LOUBELO

Commenter cet article